Newsletter Agroalimentaire France >> Focus Agroalimentaire 53 - Mars 2017 >> Typage Listeria

Maitrisez plus finement le risque Listeria monocytogenes avec notre typage express et personnalisé

Sidebar Image

L’identification bactérienne au genre et à l’espèce n’est pas toujours suffisante pour piloter le plus efficacement possible le risque Listeria monocytogenes.  En effet, et en particulier dans une démarche de recherche et de suivi d’une source de contamination (strain source tracking), il est nécessaire de descendre à  un niveau taxonomique encore inférieur : le type.

Pour vous, cette information d’appartenance d’une souche à un sous-groupe est extrêmement précieuse pour :

  • Déterminer l’origine probable d’une contamination en cas de crise (avec comparaison de types liés à des matières premières, des étapes clés du processus de fabrication ou de conditionnement, matériel…) et focaliser plus rapidement les actions correctives nécessaires.

  • Optimiser vos plans de contrôle (suivi des matières premières, étapes clés du processus de transformation ou de l’environnement de transformation)

Partenaire fiable et solide, Eurofins vous propose sa propre méthode de typage par spectrométrie de masse de type MALDI-TOF*. Fruit du travail de notre service R&D, cette méthode robuste repose sur les biomarqueurs protéiques permettant de distinguer des sous-populations au sein de l’espèce Listeria monocytogenes.

Notre méthode innovante est une alternative plus rapide que les autres méthodes de typage (seulement 36 heures de délai analytique contre environ 7 jours avec d’autres méthodes comme la PFGE, MLST, etc). 

C’est aussi une solution totalement personnalisable avec la constitution et le suivi de votre base de données confidentielle issue de vos échantillons (historique inclus). Vous tracez sereinement la source de contamination d’un produit fini.

Pour plus de renseignements, contactez votre interlocuteur commercial habituel ou AgroAlimentaireFr@eurofins.com

*Matrix Assisted Laser Desorption and Ionization – Time Of Flight

 Revenir au sommaire du Focus Agroalimentaire 53 – Mars 2017