Newsletter Agroalimentaire France >> Focus Agroalimentaire 52 - Octobre 2016 >> Authenticité du miel

Miel de Manuka : distinguer le vrai du faux

Sidebar Image

Le miel de Manuka est un produit aux propriétés organoleptiques, antibactériennes, anti-inflammatoires et cicatrisantes uniques, qui en font une source à haute valeur ajoutée. Ce miel est produit principalement en Nouvelle-Zélande (et dans une partie de l’Australie), où les abeilles prélèvent le nectar des fleurs de Manuka (Leptospermum scoparium), une plante buissonnante endémique de ces régions d’Océanie. Les propriétés médicinales de ce miel lui ont ouvert les portes du commerce mondial, à tel point que la consommation mondiale serait trois fois plus élevée que la production Néo-Zélandaise, selon certaines sources1, ce qui laisse entrevoir des fraudes massives.

Les équipes de recherche d’Eurofins, en collaboration avec un institut de recherche Néo-Zélandais, ont développé une application de la Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) du proton au contrôle d’origine des Miels d’Oceanie et en particulier du miel de Manuka. Ce travail a fait l’objet d’une publication scientifique2 dans la revue internationale « Food Chemistry ». L’analyse spectrale de la matrice entière par RMN permet à la fois de mettre en évidence l’origine botanique déclarée, et de détecter d’autres formes d’adultération telle que l’ajout de sucre exogène, ou l’altération de la qualité par fermentation ou chauffage excessif. Elle permet également de comparer entre eux différents lots, car leur empreinte spectrale en RMN constitue un élément de preuve infalsifiable. Enfin, les paramètres quantitatifs recueillis permettent de vérifier la véracité de l’étiquetage en termes d’Activité Non-Péroxydique (« NPA ») , liée à la teneur du miel de Manuka en Methylglyoxal.

Contact : asmnantesauthenticity@eurofins.com

1 Morgan, M. (2015). Is your superfood honey FAKE? Experts reveal that three times more jars of healing manuka are sold around the world than being produced in New Zealand.

2 Food Chemistry 217 (2017) 766-772 

Revenir au sommaire du Focus Agroalimentaire 52 - Octobre 2016