Newsletter Agroalimentaire France >> Focus Agroalimentaire 54 - Juillet 2017 >> Huiles minérales

Huiles minérales : de multiples sources de contaminations possibles

Sidebar Image

Du fait de leurs multiples utilisations, les huiles minérales peuvent se retrouver dans les aliments à différentes étapes de leur fabrication, où leur présence est préoccupante pour la santé des consommateurs. Ce sont principalement les additifs, traitements phytosanitaires, lubrifiants, produits de nettoyage et matériaux d’emballage qui sont à l’origine des contaminations1. Les analyses LC-GC-FID en cours de normalisation permettent de détecter et de quantifier efficacement les composés MOSH/POSH et MOAH2, alors que des analyses complémentaires réalisées par LC-GC-MS permettent de donner des indications précieuses quant à l’origine de leur présence dans un produit alimentaire.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement (ANSES) a été saisie pour la réalisation d'une expertise et a publié en mai 2017 des recommandations pour réduire la contamination des denrées alimentaires par les huiles minérales3. Elle estime qu’il est nécessaire de réduire la contamination des denrées alimentaires par ces composés et de limiter l’exposition du consommateur aux MOAH. Les MOAH constituent un ensemble complexe de chaines carbonées avec noyaux aromatiques, dont certains sont réputés génotoxiques et mutagènes. Leur présence fortuite est fréquemment constatée dans les emballages papier, carton ou toile de jute et ils nécessitent donc une attention particulière dans les plans de contrôle.

Eurofins propose des outils analytiques appropriés pour détecter en 10 jours la présence d’huiles minérales dans les aliments. Les essais sont accrédités et réalisés selon la méthode de référence en cours de normalisation CEN. Le laboratoire dispose de 7 appareils LC-GC-FID permettant une capacité d’analyse de plusieurs centaines d'échantillons par semaine. L’analyse peut viser des MOAH dont les chaines carbonées sont comprises dans l'intervalle C10 – C35 ou C16 – C35, selon le contexte de l’analyse et en cohérence avec les exigences des différentes instances européennes ou internationales. Le laboratoire a par ailleurs une expertise particulière pour la caractérisation de la chaine carbonée en cas de résultat positif pour les composés MOSH + POSH et / ou MOAH, par une nouvelle méthode LC-GC-MS permettant de mieux cibler l’origine de la contamination.

Par ailleurs, il est intéressant de noter que d’après un rapport de la DGCCRF concernant l’aptitude des matériaux au contact alimentaire4 publié début juin 2017 (synthèse à découvrir sur www.vigial.com), le taux de non-conformité relatif à l’aptitude des matériaux au contact avec les denrées était de 8 %. Il reste donc recommandé d’inclure dans les plans de contrôle les analyses permettant de détecter toutes les substances à risque.

Pour en savoir plus vous pouvez contacter votre interlocuteur Eurofins habituel ou AgroAlimentaireFr@eurofins.com  

1 Voir aussi Focus Agroalimentaire Eurofins n° 53 http://www.eurofins.fr/agroalimentaire/actualités/newsletter-agroalimentaire-france/focus-agroalimentaire-53-mars-2017/huiles-minérales/
2 MOSH : hydrocarbures saturés d'huiles minérales ; MOAH : hydrocarbures aromatiques d'huiles minérales
3,4 www.vigial.com : accédez à tous les textes réglementaires et informations de veille pour votre activité (réglementations, rappels et retraits, fraude alimentaire...) ; si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez le faire dès à présent contact@vigial.com (essai gratuit possible sur demande)

Revenir au sommaire du Focus Agroalimentaire 54 - Juin 2017