Newsletter Agroalimentaire France >> Focus Agroalimentaire 62 - Janvier 2020 >> Microplastiques

Contamination des aliments par les microplastiques : Eurofins vous propose des solutions innovantes

Sidebar Image

Depuis plus de 50 ans, la production de plastiques a explosé dans le monde avec une utilisation massive dans des produits jetables bon marché, les emballages alimentaires (PVC), les tissus et textiles (polyesters), les CD (polycarbonates). Or, s'il n'est pas correctement recyclé, le plastique constitue une menace majeure pour notre environnement et potentiellement un danger pour notre santé.  

Définition et comparaison

Les microplastiques sont de minuscules particules, morceaux ou fibres de tous types de plastiques dont la taille est comprise entre 1 µm et 5 mm. En comparaison, le cristal de sel mesure 300 µm, le diamètre d’un cheveux 70 µm et un globule rouge 10 µm.

Les risques

N’étant pas biodégradables, les microplastiques peuvent rester dans l'environnement pendant des centaines d'années. Et cette pollution environnementale de l’eau (mers, océans, lacs, rivières), de l’air et des sols conduit à une contamination de certains aliments comme l’eau potable et en bouteille, les algues, le sel de mer, les poissons, crustacés, coquillages, voire d’autres animaux suite à l’ingestion d’insectes contaminés dans leur propre environnement direct.

Or, comme l’indique l’Anses(1), « les microplastiques peuvent présenter un danger de par leur composition, notamment du fait des additifs, potentiels contaminants chimiques, et des contaminants biologiques (bactéries) qui viennent se fixer à leur surface »

C’est pour ces raisons que de nombreuses associations environnementales militent pour que les gouvernements règlementent l'utilisation, la production et le recyclage des plastiques afin de réduire la pollution environnementale et de maintenir des écosystèmes sains. C’est ce que fait l’Union Européenne en interdisant les cotons tiges, la vaisselle jetable ou les pailles fabriquées dans ce matériau. Des études sont aussi lancées dans le monde entier afin de surveiller les plastiques et microplastiques dans l'environnement. Une étude récente du WWF International relayée par l’agence de presse Reuters(2) le 31/12/2019, montre qu’en moyenne dans le monde une personne ingèrerait potentiellement l’équivalent d’une carte de crédit en plastique par semaine (soit 20 kg dans une vie).

Les solutions Eurofins, un temps d’avance

Fort de sa stratégie d’innovation permise par son réseau international de laboratoires et dans sa volonté de toujours mieux vous accompagner sur des problématiques émergentes non encore réglementées (un avis de restriction de l’agence européenne ECHA(3) saisie depuis janvier 2018 est attendu pour juin 2020 avant examen et réglementation éventuelle par la Commission Européenne), Eurofins vous propose des solutions pour identifier la prévalence des microplastiques dans les eaux. Des développements sont en cours pour d’autres produits alimentaires comme les poissons et les fruits de mer.

Puisqu'il n'existe actuellement aucune méthode normalisée pour de telles mesures, les services R&D Eurofins ont établi des analyses robustes et fiables et vous proposent :

  • La détermination de présence de microplastiques par les technologies de spectroscopie et de microscopie FTIR (spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier), méthode la plus citée pour ce faire dans les publications scientifiques. Il s'agit d'une puissante technique qualitative et informative proposée par les laboratoires Eurofins en Norvège, Australie ou aux USA. Notre laboratoire américain dédié a d’ailleurs été le premier laboratoire à proposer sur le marché des technologies d'imagerie et de coloration NOAA (National Oceanic and Atmostpheric Administration) avec cette méthode
  • La quantification individuelle par Pyr-GC-MS (chromatographie avec injection pyrolytique) pour 8 polymères (PE, PP, PS, PVC, PET, PC, PMMA, PA6) après un processus de filtration innovant. Pour les eaux et le sel, en seulement 15 jours et pour un coût abordable, vous disposez de résultats quantitatifs donnés sous forme de concentration de masse pour répondre à la demande future de limites réglementaires. Ces analyses sont réalisées dans notre laboratoire norvégien qui est par ailleurs le seul laboratoire au monde capable de tester les particules de caoutchouc (mélange de polymères et d'autres composés qui ne peut pas être détecté avec les méthodes FTIR standard de par sa couleur noir)

Afin de vous aider dans la maîtrise de ce risque avec une vue globale, ces deux méthodes peuvent être combinées pour détecter et quantifier les microplastiques

Alors même que la réglementation n’impose pas encore de contrôle officiel, ces solutions innovantes sur les microplastiques sont  une nouvelle illustration concrète de la mission d’Eurofins de contribuer au bien-être et à la santé de tous. 

(1) 2019 Les microplastiques. Anses

(2) 2019. A plateful of plastic: Visualizing the microplastic we consume. Reuters

(3) Microplastiques. ECHA: European Chemicals Agency

 Pour plus d’informations, contactez votre interlocuteur Eurofins habituel ou AgroalimentaireFr@eurofins.com

Retour au sommaire